19.7 C
Yaoundé
Tuesday, December 6, 2022

UN Jobs: Recrutement d’un consultant en vue des études de capitalisation dans le cadre du projet I Yéké Oko – Cameroon

Must read

Cameroon + 1 more

Recrutement d’un consultant en vue des études de capitalisation dans le cadre du projet I Yéké Oko

La Croix-Rouge française

Présente au Cameroun depuis 1967, la Croix-Rouge française travaille en étroite collaboration avec la Croix-Rouge camerounaise, dans les régions de l’extrême nord et de l’est du pays, afin d’améliorer la résilience des populations vulnérables. Elle est également présente en Centrafrique depuis 1966. Depuis 2004, la CRF à étendu son intervention à travers des programmes de lutte contre le VIH/Sida et la Tuberculose, de lutte contre les violences sexuelles, de renforcement du système de santé, de prise en charge psychosociale et de formations sur la sécurité alimentaire.

Le projet I YEKE OKO

Un projet intégré, entrant dans une approche territoriale, tenant compte des différentes stratégies : la cohésion civique, la cohésion sociale, la cohésion économique et la capitalisation. Ils s’organisent autour de 3 axes géographiques pour chaque objectif : la République centrafricaine, le Cameroun et le transfrontalier pour une approche complète. Les impacts attendus sont le renforcement de la cohésion globale des acteurs de ces territoires, une réduction des tensions et la création et le renforcement des dynamiques communes entre les différents groupes de population, les collectivités, les institutions et une amélioration progressive des conditions de vie de l’ensemble des populations de ces territoires.

Objectif général

La capitalisation consiste à identifier, analyser et expliciter le savoir acquis lors d’une expérience de projet afin de se l’approprier, l’utiliser et l’adapter, ou encore d’éviter de reproduire les mêmes erreurs dans le cadre de futurs projets. Ainsi, le processus de capitalisation permet de transformer l’expérience acquise en connaissances partageables avec les partenaires et acteurs cibles du projet en particulier.

L’objectif général de la ou des consultance.s de capitalisation est de documenter les bonnes pratiques et leçons apprises en mettant en évidence les approches et méthodes d’implémentation des activités de chaque partenaire du projet impliqués dans chacune des thématiques ci-dessous.

Lot 1 : Diagnostic, planification et mise en œuvre: modalités et mécanismes locaux de concertation.

Objectifs

Cette étude de capitalisation devra :

• Identifier les pratiques à améliorer ou à corriger en matière de mécanismes et modalités de concertation, d’élaboration de diagnostics partagés et de planification mis en œuvre au niveau local ;

• Faciliter la réplicabilité via une démarche formalisée, facilement appropriable et transférable, en enrichissant la documentation du processus, qui permettra aux services de l’Etat et les partenaires de continuer ce parcours de performance. Ce livrable servira aussi de guide pratique pour les partenaires qui souhaiteraient s’engager dans un processus similaire ;

• Contribuer à l’amélioration du plaidoyer auprès des autorités et des bailleurs via les différents livrables attendus;

• Formuler des recommandations pour améliorer la qualité des projets intégrant la mise en place de mécanismes de concertation au niveau communal.

Les axes de capitalisation : à quelles questions d’apprentissage souhaite-on répondre ?

Cette étude de capitalisation doit rendre compte des acquis et leçons de l’expérience sur la base des principaux axes suivants. Les questions ne sont pas exhaustives et devront être discutées lors de la réunion de cadrage avec le consultant et les propositions du consultant devront être intégrées dans le rapport de démarrage.

  • La composition des cadres communaux et les enjeux de représentativité/ d’inclusion/ légitimité des acteurs au Cameroun et en RCA :
    • Comment les modalités d’identification et de sélection des acteurs-trices impliqués dans les cadres de concertation ont-ils permis de toucher les bonnes catégories de populations ?
    • Comment les modalités d’identification auraient-elles pu inclure des acteurs-trices sous-représentés ou marginalisés (exemple des populations akas en RCA ou populations hôtes vs réfugiées au Cameroun) ?
    • Comment le projet a-t-il pu concilier la représentation des différents groupes d’acteurs et représentation territoriale/géographique (des différents villages) ?
    • Quelles ont été les bonnes pratiques sur la sélection des profils (fonction) des membres constituant les cadres communaux de concertation ?
  • Le rôle des cadres communaux dans la réalisation du diagnostic, le choix et l’analyse des filières prioritaires, la gestion des conflits agropastoraux, et la gestion des ressources naturelles au Cameroun et en RCA) :
    • Comment les cadres de concertation ont-ils été impliqués dans la planification et la mise en œuvredu développement économique local ?
    • Comment le projet a-t-il accompagné les membres des cadres dans ce rôle ?
    • Comment les cadres communaux de concertation ont-ils contribué à la prévention et à la gestion des conflits?
  • Les modalités d’institutionnalisation/de pérennisation de ces cadres au Cameroun et en RCA :
    • Quelles réflexions ou actions ont été ou pourraient être menées par le projet pour s’assurer de la pérennisation de ces cadres au-delà du projet IYO ?

Lot 2 : Processus de prévention et de gestion des litiges relatifs aux espaces agropastoraux, aux logements, terres et propriétés (LTP) et à la cohésion sociale.

Objectifs

Cette étude de capitalisation :

• Identifier les pratiques à améliorer ou à corriger en matière de mécanismes et modalités de gestion des conflits relatifs aux espaces agropastoraux, aux ressources naturelles, aux LTP et à la cohésion sociale ; et en termes de participation des populations réfugiées dans les processus susmentionnés ;

• Faciliter la réplicabilité via une démarche formalisée, facilement appropriable et transférable, en enrichissant la documentation du processus, qui permettra aux services de l’Etat et les partenaires de continuer ce parcours de performance. Ce livrable servira aussi de guide pratique pour les partenaires qui souhaiteraient s’engager dans un processus similaire ;

• Contribuer à l’amélioration du plaidoyer auprès des autorités et des bailleurs via les différents livrables attendus;

• Formuler des recommandations pour améliorer la qualité des projets intégrant la mise en place de mécanismes de concertation au niveau communal.

Les axes de capitalisation : à quelles questions d’apprentissage souhaite-on répondre ?

Cette étude de capitalisation doit rendre compte des acquis et leçons de l’expérience sur la base des principaux axes suivants:

Prévention et/ou gestion des conflits LTP et agropastoraux :

  • Comment les comités mis en place au niveau local ont-ils contribué à la réduction des conflits agropastoraux ? ;
  • Comment les populations réfugiées/retournées ont-elles été impliquées dans ces comités ? ;
  • Quelles sont les bonnes pratiques mises en place par le projet en matière d’accompagnement de ces comités (formation administrée, appui-conseil) et comment le projet peut-il contribuer à la reconnaissance/institutionnalisation de ces comités locaux (en lien avec les Communes) ;
  • Comment les commissions consultatives ont-elles appuyé les instances locales mises en place ? ;
  • Les actions mises en œuvre dans le cadre du projet ont-elles contribué à l’amélioration de l’accès à la terre pour les populations réfugiées au Cameroun et quelle est l’implication des mairies dans l’octroi des terres ?

Mise en place des clubs de pères, mères :

  • Quelles modalités d’identification et de sélection des membres ont été adoptées par le projet et quel est l’impact sur la représentativité ? ;
  • Comment les clubs ont-ils contribué à la cohésion sociale dans les village d’accueil des réfugiés ?
  • Quelles réflexions ou actions sont menées ou pourraient être menées par le projet pour formaliser et pérenniser ces clubs ?

• L’intégration des populations retournées dans leur pays d’origine :

  • Comment le projet a-t-il identifié et agit sur les problématiques et défis liés au retour en RCA ? ;
  • Quelles sont les bonnes pratiques que le projet a mis en place en termes de mécanismes transfrontaliers de réintégration des réfugiés ? ;
  • Quelles opportunités et défis de collaboration entre les autorités administratives et services techniques des 2 pays (RCA et Cameroun) le projet a-t-il identifié ?

L’intégration des nouveaux enjeux liés à la transhumance à l’échelle régionale (phénomène récent dans la Mambéré-Kadéi) :

  • Comment les comités locaux peuvent-ils intervenir sur cette question?
  • Comment et à quel niveau le projet peut-il agir dans ce sens?

• Les mécanismes locaux impliqués dans la gestion et le suivi des faits d’état civil:

  • Quelles réflexions ou actions sont menées ou pourraient être menées par le projet pour l’amélioration et la pérennisation des actions des mécanismes locaux?

Lot 3 : Les dispositifs de formation et de financement développés par le projet dans le cadre de la facilitation de l’insertion sociale et économique

Objectifs

Cette étude de capitalisation permettra de :

• Identifier les pratiques à améliorer ou à corriger en matière de dispositifs et modalités de formation et de financement développés par le projet dans le cadre de la facilitation de l’insertion sociale et économique ;

• Faciliter la réplicabilité via une démarche formalisée, facilement appropriable et transférable, en enrichissant la documentation du processus, qui permettra aux services de l’Etat et les partenaires de continuer ce parcours de performance. Ce livrable servira aussi de guide pratique pour les partenaires qui souhaiteraient s’engager dans un processus similaire ;

• Contribuer à l’amélioration du plaidoyer auprès des autorités et des bailleurs via les différents livrables attendus;

• Formuler des recommandations pour améliorer la qualité des projets intégrant la mise en place de mécanismes de concertation au niveau communal.

Les axes de capitalisation : à quelles questions d’apprentissage souhaite-on répondre ?

Cette étude de capitalisation doit rendre compte des acquis et leçons de l’expérience sur la base des principaux axes, la pertinence et la viabilité des projets sélectionnés :

  • Quelles sont les bonnes pratiques identifiées concernant les modalités de sélection des projets, notamment des jeunes (choix porté collectivement) y compris le processus de sélection des bénéficiaires, des projets, métiers de formation professionnelle et l’insertion socio-économique des jeunes ?
  • Comment le projet a-t-il accompagné le montage des projets et le développement d’activités économiques par les jeunes formés et promoteurs d’AGR;
  • Comment les Services Déconcentrés de l’Etat (SDE) et des communes ont-ils été impliqués dans l’identification, le renforcement de capacités des bénéficiaires et le suivi des projets ;
  • Quelles ont été les bonnes pratiques mises en place par le projet dans l’amélioration des productions agricoles à travers les pratiques agro-écologiques dans les Champs Ecoles Paysans (CEP) ?
  • Comment les paysans relais ont-ils contribué au dispositif de formation des producteurs sur les techniques agricoles en RCA ?
  • Comment les AVEC ont-elles contribué à l’amélioration des conditions de vie de leurs membres au Cameroun et en RCA ?

METHODOLOGIE DE LA CAPITALISATION

METHODE DE LA COLLECTE

La méthodologie à utiliser sera essentiellement qualitative et axée sur :

  • Une revue documentaire (exploitation du document projet et différents rapports d’activités sur l’atteinte ou non des résultats).
  • Des entretiens semi directifs et la tenue des focus group avec les parties prenantes du projet (partenaires opérationnels, acteurs cibles, bénéficiaires)
  • La tenue des ateliers de partage d’expériences avec les parties prenantes et l’équipe d’implémentation du projet
  • Le recueil des témoignages auprès des bénéficiaires du projet (recueil de bonnes pratiques) sur les succès et les points d’amélioration du projet.
  • Observations directes des réalisations sur terrain.

A cet effet, le consultant devra proposer et faire valider par le consortium un échantillonnage pour ces différentes cibles au niveau de chaque commune d’intervention, tenant compte des différentes questions de capitalisation. Des ateliers de restitution seront tenus sur le terrain avec l’implication des différents acteurs du consortium.

Pour la gestion de cette consultation, une équipe composée de représentants des parties prenantes du projet impliquées sur la thématique concernée sera constituée pour assurer le suivi de cette capitalisation afin de valider les différents livrables du projet (rapport méthodologique, cahier des charges des vidéos, fiches de capitalisation, 1 vidéo et rapport de capitalisation). Cette équipe sera chargée de fournir au consultant toute la documentation utile et faciliter la mise en relation avec les acteurs de terrain durant la phase de collecte de données.

MODALITE D’EXECUTION

Une réunion de cadrage entre le consultant et l’équipe de la coordination du consortium permettra d’harmoniser la compréhension des présents termes de référence.

Tout au long du processus, le consultant travaillera en étroite collaboration avec la coordination du consortium chargée d’assurer la supervision du processus de capitalisation, ainsi qu’avec les membres du consortium plus impliqués sur la thématique concernée.

L’équipe du consortium répondra aux attentes du consultant relativement à la documentation et toutes informations complémentaires disponibles relatives à la capitalisation. Elle examinera et approuvera les livrables de l’étude.

Le consultant sera responsable de la logistique (prise en charge de la location des véhicules et des hébergements), de la communication et du secrétariat (impression de la documentation, etc.). Par ailleurs, le consultant devra se conformer aux règles de sécurité du lead du consortium (CRF) et un briefing sécuritaire sera organisé en amont avant la mise en œuvre de l’activité.

LIEU DE CONSULTATION ET LES BENEFICIAIRES

La capitalisation cible différentes entités administratives et leurs autorités des 2 départements de la Mambéré-Kadeï (RCA) et de la Kadey (Cameroun) ainsi que les populations réfugiées, déplacées internes ou rapatriées et hôtes de ces territoires :

– les 2 préfectures de la Mambéré-Kadeï et de la Kadey.

– les 4 communes de Ouakanga, Basse-Boumbé, Basse-Batouri, Basse-Mambéré et en RCA et les 4 communes de Batouri, Ketté, Kentzou et Ouli au Cameroun.

– Les principaux centres d’état civil de la Kadey et des localités centrafricaines de Ouakanga (Nassolé), Basse-Boumbé (Gamboula), Basse-Batouri (Wapo), Haute-Batouri (Nandobo), Basse-Mambéré (Bania) et Berberati.

– Les services déconcentrés de l’Etat : concernant la RCA, la Direction Régionale (DR) de l’Economie, du Plan et de la Coopération (MEPC), DR de l’Agriculture, DR Elevage et Santé Animale, DR Eaux et Forêts, DR Impôts, DR des Mines, DR de la Fonction Publique, DR Hydraulique, DR Urbanisme, DR Affaires Sociales, DR Santé, DR ACDA et ANDE, les Ministères de l’administration du territoire, des affaires étrangères, de l’action humanitaire et de la cohésion sociale, de l’intérieur et de la défense ainsi que de la justice ; concernant le Cameroun, les Directions Départementales (DD) et d’Arrondissement (DA) du MINEPAT , du MINADER, du MINEPIA, du MINEE, MINAS, MINAT, MINPROFF, MINDDEVEL, MINDCAF, MINEFOP, MINEDUB, MINEPDED, MINSANTE et MINJUSTICE ainsi que le Programme national de développement participatif (PNDP).

TACHES PRINCIPALES DU CONSULTANT

Le consultant devra :

Phase de cadrage

  • Participer à une réunion de cadrage avec les membres du consortium pour harmoniser la compréhension des présents termes de référence ;
  • Faire une revue et une analyse de la documentation du projet mis à disposition par le consortium et plus largement sur d’autres documents clés liés au thème de capitalisation ;
  • Elaborer et soumettre une méthodologie détaillée qui inclut les outils de collecte de données, des outils d’animation du processus (impliquant étroitement les acteurs de mise en œuvre du projet : acteurs et partenaires locaux, équipés…) et le plan de travail (calendrier) pour avis et validation par les membres du consortium avant le démarrage du processus de capitalisation.

Phase de revue

  • Organiser des réunions de suivi avec l’équipe de suivi au niveau du consortium (partage sur l’état d’avancement des travaux et documents) ;

Phase de présentation de Résultat provisoire

  • Débriefing à tous les partenaires du consortium à la fin de la mission ;
  • Animer une séance de restitution des résultats et produits provisoires de la capitalisation auprès tous les partenaires du consortium ;
  • Produire les supports de capitalisation à savoir une vidéo et des documents physiques (rapport de capitalisation, Livret de capitalisation) ;
  • Soumettre dans les délais fixés une version provisoire des produits de capitalisation pour validation ;

Validation finale de rapport

  • Soumettre dans les délais fixés une version finale des produits de la capitalisation pour validation ;
  • Tenir une réunion avec les représentants du consortium afin de valider les différents livrables.

LIVRABLES

Chaque lot doit contenir les livrables ci-après :

  • Livrable 1 : le rapport de démarrage décrit la méthodologie qui sera mise en œuvre par le consultant, les outils de collecte de données et le planning de la réalisation et les dates clés de remises des livrables.
  • Livrables 2 : version provisoire des produits de capitalisation :

Rapport de la capitalisation incluant les résultats du projet dont le plan devra comporter les éléments suivants :

  • Page de garde : titre du projet, logo du bailleur, du consortium I Yéké Oko ainsi que ceux des membres du consortium, date, coordonnées du cabinet et nom du /des consultant.e.s
  • Table des matières
  • Résumé (1 à 2 pages)
  • Synthèse (3 à 4 pages)
  • Liste des tableaux et/ou schémas
  • Liste des annexes
  • Acronymes
  • Rappel du contexte de la capitalisation
  • Objectifs de la capitalisation
  • Méthodologie de la capitalisation et limites
  • Principaux résultats du projet :
  • Les fiches techniques de bonnes pratiques/leçons du projet (format A4 recto/verso) :
  • Préconisations sur les expériences modélisables et celles à améliorer
  • Conclusions

Livrable 3 : Version finale des produits de capitalisation/livrables (rapport de démarrage, rapport de capitalisation, y compris les fiches techniques) prenant en considération les commentaires de tous les membres du consortium issus de la restitution de la version provisoire.

CALENDRIER

La mission de capitalisation se déroulera entre fin novembre 2022 et fin janvier 2023. La date de finalisation de la capitalisation et de remise des livrables dans leur version finale sera au plus tard le 20 janvier 2023. La disponibilité et la capacité des soumissionnaires doivent être assurées pour tenir l’engagement de cette date limite.

Publication de l’offre : 7 novembre 2022

Réception des propositions techniques et financières : 21 novembre 2022

Sélection des propositions : 21 – 25 novembre 2022

Contractualisation : 28 novembre 2022

Réunion de cadrage : 29 – 30 novembre 2022

Revue documentaire et mission terrain : 30 novembre – 21 décembre 2022

Restitution à chaud : 22 – 23 décembre 2022

Partage et revue du rapport provisoire : 26 – 30 décembre 2022

Revue du rapport provisoire par les partenaires du consortium : 2 – 16 janvier 2023

Partage du rapport final : 20 janvier 2023

How to apply

PROFIL ET COMPÉTENCES REQUIS

Cette consultation sera gérée par une équipe de consultants pluridisciplinaire et ayant des profils complémentaires. Le chef de l’équipe sera un spécialiste en développement local / gouvernance locale ayant un diplôme d’études supérieures dans un domaine jugé pertinent pour la mission (droit, en administration publique, ou sciences politiques, en agroéconomie, développement des territoires et gouvernance, en relations internationales ou discipline connexe) et une expérience avérée de capitalisation de l’expérience, de recherches et de formation dans le domaine de la gouvernance locale, la consolidation de la paix et de la relance économique en milieu rural. Il doit être appuyé par un spécialiste en communication pour réaliser les vidéos et un spécialiste en genre.

En outre, le chef d’équipe doit faire preuve de :

  • Une bonne connaissance des techniques et démarches de capitalisation de l’expérience et des bonnes pratiques
  • Bonnes capacités organisationnelles y compris la capacité à fournir les livrables dans les délais impartis ;
  • Une expérience prouvée en matière de documentation/capitalisation des résultats de projet ;
  • Expérience avérée dans la conduite d’étude de capitalisation sur des projets de développement ainsi qu’en gestion de la connaissance (apprentissage) ;
  • Bonne connaissance souhaitée du contexte transfrontalier Cameroun / République centrafricaine ;
  • Une expérience dans la mise en œuvre des solutions durables en faveur des réfugiés ainsi que la connaissance de la réponse humanitaire à la crise centrafricaine en particulier est un atout ;
  • Bonne capacité rédactionnelles et de synthèse.

PROCEDURE DE SELECTION DU CONSULTANT

Ce dossier comprend notamment :

  • Un CV de chacun des membres de l’équipe d’évaluation ;
  • Une lettre de motivation présentant les expériences pertinentes en lien avec la présente évaluation, le numéro d’enregistrement de la structure et/ou du consultant et au minimum 2 références professionnelles pertinentes. Cette lettre précisera également les dates de disponibilité de l’évaluateur ;
  • Une offre technique signée et scannée présentant la compréhension des présents termes de référence, l’approche proposée incluant la méthodologie et les questions évaluatives en lien avec les critères mentionnés ;
  • Une offre financière signée et scannée incluant l’ensemble des coûts liés à la réalisation de la prestation (y compris les frais de logement, nourriture, transport et communication) ;
  • Exemple de travaux précédents (publication en lien avec la thématique de l’étude) ;
  • Une note de synthèse démontrant le niveau de compréhension du travail demandé au consultant.

Modalités de recrutement :

Lots techniques : Les candidats peuvent soumettre une offre technique et financière concernant uniquement un lot ou une offre globale pour plusieurs lots.

Le consortium privilégiera les dossiers couvrant tous les lots techniques, néanmoins les consultants devront démontrer des compétences et une expertise sur l’ensemble des lots pour lesquels ils soumissionnent.

Les propositions techniques seront évaluées sur la base de leur conformité aux termes de référence, à l’aide des critères d’évaluation suivants :

✔ Références du consultant ;

✔ Compréhension des termes de référence et méthodologie proposée;

✔ Qualification et expérience de l’équipe proposée.

Suite à la réunion du comité de sélection regroupant les référents techniques de chaque partenaire du consortium, le consultant sera recruté sur la base de la comparaison de l’offre technique et une négociation sur les honoraires, basée sur le budget proposé.

Les candidatures doivent obligatoirement comporter les documents mentionnés ci-dessus pour être considérées et doivent être envoyées à l’adresse suivante [email protected] au plus tard 21/11/2022 à minuit en mentionnant dans l’objet de l’email : IYO_AO_ECAP_2022.

- Advertisement -spot_img

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Latest article