19.4 C
Yaoundé
mardi, août 16, 2022

Ohada: Jusqu’à Ce Jour

Must read

L’OHADA – Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires a vu le jour après le traité signé par 14 États le 17 octobre 1993 à Port-Louis (l’île Maurice) et révisé par la suite le 17 octobre 2008 à Québec, Canada. Trois autres États, la Guinée, les Comores et la République Démocratique du Congo ont ensuite adhéré à l’augmentation du nombre d’États à 17, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, le Congo, les Comores, le Gabon, la Guinée, la Guinée Bissau. , Guinée équatoriale, Mali, Niger, République démocratique du Congo (RDC), Sénégal, Tchad et Togo.

L’organisation OHADA a pour objectif « Harmoniser le droit des Affaires en Afrique afin de garantir, au niveau de ses Etats membres, une sécurité juridique et judiciaire pour les investisseurs et les entreprises et ainsi propulser le développement économique et créer un vaste marché intégré afin de faire de l’Afrique un « pôle de développement ».»[1]. Vu de la même manière, l’OHADA a été créée pour promouvoir l’investissement étranger en édictant un cadre juridique sécurisé pour la conduite des affaires en Afrique, à travers l’harmonisation de son droit des affaires. À terme, l’objectif de l’OHADA est de promouvoir l’intégration économique africaine et d’attirer les investissements dans la région.

Pourquoi l’OHADA

L’OHADA est nécessaire pour améliorer la sécurité juridique et la prévisibilité des affaires en Afrique. Les affaires en elles-mêmes sont suffisamment risquées pour s’ajouter au risque juridique et judiciaire qui se pose lorsque des investisseurs étrangers cherchent à investir dans les États membres de l’OHADA. Il y avait de nombreuses lois qui différaient dans chaque État membre, certaines plus justes que d’autres et d’autres avec plus à désirer. Même si la plupart des États membres ont tiré leur droit des affaires du droit français (en tant qu’anciennes colonies françaises), il existait certaines variantes, et d’autres États sont également venus avec leur droit des affaires dérivé de l’Angleterre, de l’Espagne et du Portugal.

En outre, bon nombre de ces lois étaient obsolètes et ne correspondaient pas aux réalités actuelles du monde des affaires mondial. D’autres lois qui ont été pratiquées étaient non publiées et incertaines. De nombreuses lois des États membres sont restées inchangées pendant plus de 30 ans. Cela a dû être corrigé.

L’OHADA n’a pas seulement vocation à favoriser les investisseurs étrangers. Les signataires avaient besoin que de telles lois commerciales soient élaborées qui serviront également à protéger les Africains lors des échanges commerciaux entre eux ainsi que lors des échanges avec les puissances étrangères. La venue de l’OHADA au service de l’Afrique ainsi que l’harmonisation et la mise à jour du droit des affaires amélioreront l’investissement
le climat au sein de l’organisation.

Le cadre institutionnel de l’OHADA

L’OHADA est structurée avec la Conférence des chefs d’État à sa tête, suivie du Conseil des ministres composé des ministres de la justice et des finances des États membres, du Secrétariat permanent et de la commission nationale OHADA respective pour chaque pays membre[].

L’OHADA est également rattachée à deux institutions : la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) et l’Ecole Régionale Supérieure de la Magistrature (ERSUMA). Ces institutions ont des rôles et des responsabilités spécifiques, comme nous le verrons ci-dessous.[]

Les réalisations de l’OHADA

Actes Uniforme OHADA

Adopté à Conakry (GUINEE) le 23/11/2017 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° Spécial du 15/12/2017
Adopté à Conakry (GUINEE) le 23/11/2017 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° Spécial du 15/12/2017
Adopté à Brazzaville (CONGO) le 26/01/2017 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° Spécial du 15/02/2017
Adopté à Grand-Bassam (COTE D'IVOIRE) le 10/09/2015 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° Spécial du 25/09/2015
Adopté à Ouagadougou (BURKINA FASO) le 30/01/2014 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° Spécial du 04/02/2014
Adopté à Lomé (TOGO) le 15/12/2010 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° 22 du 15/02/2011
Adopté à Lomé (TOGO) le 15/12/2010 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° 23 du 15/02/2011
Adopté à Lomé (TOGO) le 15/12/2010 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° 21 du 15/02/2011 Cliquez pour ouvrir
Adopté à Yaoundé (CAMEROUN) le 22/03/2003 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° 13 du 31/07/2003
Adopté à Libreville (GABON) le 10/04/1998 et publié au Journal Officiel de l'OHADA n° 6 du 01/06/1998 Cliquez pour ouvrir

Comment la loi OHADA affecte-t-elle l’investissement

1- Harmonisation des règles juridiques

Les règles juridiques sont désormais uniformes et prévisibles dans les États membres et les investisseurs peuvent s’appuyer sur des définitions communes des termes, des procédures communes, etc.

2- Procédures rapides

Les lois OHADA ont mis en place des procédures rapides comme la procédure de recouvrement des créances où non seulement on gagne du temps lors de l’application de la procédure, mais aussi c’est une méthode de recouvrement peu coûteuse et efficace[].

3- Des résolutions extrajudiciaires efficaces des litiges

Les tribunaux africains ont une caractéristique de grande consommation de temps et comme nous le savons, le temps c’est de l’argent. Les lois OHADA ont mis en place la loi sur l’Arbitrage qui prévoit un moyen de résolution des litiges avec le recours à un arbitre indépendant avec des procédures rapides et maîtrisées par les parties. Les résolutions après cette procédure sont exécutoires devant les tribunaux. La loi sur l’arbitrage est spécialement destinée à résoudre les différends dont l’un des membres n’a pas signé la Convention de New York de 1958.

4- La mise en place d’une cour suprême pour toutes les questions relatives aux textes OHADA

La Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) instituée par l’organisation OHADA agit comme la plus haute autorité dans l’interprétation et l’application des lois OHADA. Elle contrôle toutes les juridictions nationales dans la mise en œuvre des textes de l’OHADA car elle est la juridiction de dernier ressort lorsque les décisions rendues par les cours d’appel nationales ne sont pas satisfaisantes.
Les investisseurs ne peuvent compter sur aucune particularité d’aucune juridiction nationale dans l’interprétation et l’application des lois OHADA. S’ils existent, ils seront annulés par la CCJA.

Les défis OHADA

Conflits potentiels avec d’autres organisations économiques régionales existantes.

L’organisation OHADA accueille des pays qui ont également des traités économiques régionaux qu’ils ont signés et mis en œuvre. Ces traités régionaux sont :

  • L’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) composée de 8 membres – Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Il s’agit d’une organisation créée pour promouvoir l’intégration économique entre ses pays et qui a également une monnaie commune, le franc CFA. L’organisation UEMOA organise la libre circulation des biens, des services et des capitaux et harmonise également les législations de ses États membres.
  • La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), composée de 6 États – Cameroun, République centrafricaine, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad. Les membres de l’organisation CEMAC sont tous en Afrique centrale et ont le franc CFA comme monnaie commune. La CEMAC a pour objectif de promouvoir l’intégration économique entre ses membres par l’institution du libre-échange, un marché commun et le maintien d’un système tarifaire commun sur les importations en provenance des pays non membres de la CEMAC.
  • La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), composée de 15 pays – Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierre Léone et Togo. La CEDEAO existe pour favoriser l’intégration économique et la coopération au sein de ses États membres.

La question ici est de savoir quelle loi sera utilisée entre les pays qui appartiennent à la fois à l’OHADA et à une autre organisation si les deux organisations stipulent différemment sur le même sujet ?

Barrières linguistiques

Jusqu’à récemment en 2016 après la revendication des avocats anglophones dans les régions anglophones du Cameroun, tous les actes uniformes en vigueur étaient en français, la langue officielle de l’organisation selon l’article 42 du traité instituant l’OHADA.
Cette barrière linguistique, si elle n’est pas affrontée, sera un frein pour d’autres nations anglophones comme le Nigeria et le Ghana à rejoindre l’organisation OHADA.

Trouver un équilibre entre le système de droit civil codifié et la tradition jurisprudentielle du système de common law.

Alors que le droit civil utilisé dans les anciennes colonies françaises a pour principale caractéristique d’être écrit, dans les anciennes colonies britanniques, le système de common law utilise largement les lois jurisprudentielles. Il s’agit de la jurisprudence ou des décisions juridiques rendues par les tribunaux supérieurs qui deviennent loi pour les tribunaux inférieurs.
L’OHADA emprunte le caractère codifié au système de droit civil français et n’utilise aucune caractéristique du système de droit commun.
Les futurs membres de l’OHADA, comme le Nigeria, qui utilisent le système de common law peuvent préférer certaines des caractéristiques du système de common law. Pour que ces Etats se sentent chez eux dans l’organisation OHADA, un équilibre entre les deux systèmes doit être atteint.

Parti pris contre la CCJA

Certains juges des États membres ont tendance à recourir à leur juridiction nationale en matière d’appel au lieu de transmettre l’affaire à la CCJA comme ils le devraient dans l’application du traité. Cela réduit l’influence de la CCJA et va à l’encontre de son objectif. Si les juridictions nationales doivent être préférées à la CCJA, alors il n’y aura pas une interprétation uniforme des textes de l’OHADA et donc l’incertitude. Pour que l’uniformité et l’harmonie soient atteintes dans l’organisation de l’OHADA, il faut alors que la CCJA soit bien utilisée sinon habilitée d’autant plus à traiter ce qui relève de sa compétence.

Retard de financement des États membres

Pour que l’organisation OHADA soit pérenne, les Etats membres sont censés financer son existence. Jusqu’à présent, la plupart des États membres sont réticents à financer l’organisation comme convenu ou à payer leurs cotisations en retard. Il montre une attitude nonchalante des membres à l’égard de l’organisation OHADA. Avec des fonds limités, l’organisation échouera dans la mise en œuvre de ses projets.

Application lente des lois adoptées

Même si les lois adoptées de l’organisation OHADA entrent en vigueur dès leur adoption, il y a des domaines dans les lois qui ne sont toujours pas mis en œuvre. Par exemple, le registre du commerce et crédit mobilier (RCCM), autorisé dans le nouveau cadre juridique, nécessite encore l’effort de chaque Etat membre pour développer des procédures d’accompagnement et acquérir des équipements pour sa mise en œuvre.

Commentaire

Cet article est un article ouvert qui sera mis à jour fréquemment. Restez à l’écoute des mises à jour.
Vous pouvez également demander quels domaines vous souhaitez rechercher et ajouter à cet article.
Merci.

- Advertisement -spot_img

More articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Latest article